CHAPITRE III

ENQUETES SUR L’ECHELLE DES VALEURS
VECUES PAR LES JEUNES VIETNAMIENS

index
1. Re¨sultats des enqueÔtes
2. Interpre¨tation des enqueÔtes

   Chez les Garcons
    A. EnqueÔtes faites au Viet Nam

   Chez les Filles
    B. EnqueÔtes faites a° l’e¨tranger
3. Conclusion

En de¨pit de nombreuses transformations dans les structures sociales du Viet Nam, de l’interfe¨rence e¨trange°re provoque¨e par les e¨ve¨nements historiques du pays, nous avons pu constater tout de meÔme une certaine continuite¨ interne dans le mode de vie des Vietnamiens et surtout dans cette fide¨lite¨ aux valeurs nationales traditionnelles.

Nous aurions cependant mauvaise conscience si nous nous contentions d’en rester aux constatations superficielles, car de¨ja° une autre question surgit: Ces valeurs traditionnelles vivent-elles encore effectivement chez les jeunes Vietnamiens d’aujourd’hui?

Pour trouver une re¨ponse a° cette question, nous avons lance¨ un "test-sondage" dans les milieux estudiantins vietnamiens, au Viet Nam meÔme, et dans quatre pays francophones ou° les e¨tudiants vietnamiens sont les plus nombreux: en France, en Belgique, en Suisse, au Canada. Plusieurs d’entre eux ont quitte¨ le pays depuis plus de 15 ans.

Les re¨sultats des enqueÔtes - plus exactement des e¨chantillonnages - dans ces pays e¨trangers doivent servir de contre-e¨preuves a° ceux des enqueÔtes mene¨es au Viet Nam: les e¨tudiants a° l’e¨tranger repre¨sentent dans l’ensemble l’e¨lite intellectuelle du pays, entie°rement plonge¨s dans la civilisation technique occidentale; leur rencontre avec l’Occident devraient fournir des donne¨es socio-culturelles qui nous permettraient d’aborder sous un autre aspect l’e¨chelle des valeurs des jeunes Vietnamiens dans les ge¨ne¨rations actuelles.

1. Re¨sultats des enqueÔtes:

Notre "test-sondage" est tre°s simple: Nous jetons une fiche, dans l’ordre alphabe¨tique 13 "valeurs", recouvrant en gros, les principales valeurs de la vie humaine. Nous avons demande¨ a° nos "teste¨s" de les classer par ordre de¨croissant de leur pre¨fe¨rence personnelle sur une "e¨chelle". Evidemment, l’anonymat a e¨te¨ sauvegarde¨ et la liberte¨ respecte¨e.

Nous avons confie¨ l’enqueÔte au Viet Nam au Bureau de l’ "Association des Ecoles Catholiques" (A.E.C.) du Viet Nam; tandis que celle mene¨e aupre°s des e¨tudiants a° l’e¨tranger a e¨te¨ re¨alise¨e par nous-meÔme. Nous signalons un petit de¨tail cependant: a° l’e¨tranger, nous n’avons pas pu atteindre les e¨le¨ments fe¨minins, minoritaires d’ailleurs. Rappelons aussi que l’aÔge moyen des garcons et filles enqueÔte¨s au Viet Nam est de 18 ans, et celui des e¨tudiants a° l’e¨tranger est de 22 ans.

Une autre remarque: Nous tenons a° souligner ce fait que l’e¨tiquette "Ecole catholique" au Viet Nam n’appelle pas l’ide¨e d’exclusivite¨ ou de priorite¨ re¨serve¨e a° la cliente°le catholique. Elle signifie simplement "un Etablissement dont l’administration est assure¨e par des chre¨tiens laics ou religieux". D’ailleurs les statistiques nous montrent que l’effectif de ces e¨coles dans ses 2/3 est repre¨sente¨ par des non-chre¨tiens.

Cela dit, revenons a° notre enqueÔte:
Vu le classement de re¨ponses sugge¨re¨ au de¨part (sur une e¨chelle), nous avons adopte¨ le syste°me de codage suivant: A chaque "marche" de l’e¨chelle, nous attribuons "une note" par ordre de¨croissant: la premie°re, en haut, 13 points, la seconde, 12 points... et ainsi de suite jusqu’a° la 13e (dernie°re marche) qui recoit 1 point. Nous faisons ensuite le total des points obtenus par chaque "valeur’ a° chaque marche sur l’ensemble des re¨ponses. Ceci e¨tant fait, nous proce¨dons ensuite a° la classification des valeurs par ordre de grandeur de¨croissante, d’apre°s le total des notes obtenues. En voici les re¨sultats finals:

EnqueÔtes faites au Viet Nam A l’e¨tranger

Filles

1. Bonheur de la famille ¨
2. Amour
3. Vertu
4. Religion
5. Ide¨al humain
6. Se¨curite¨
7. Culture
8. Sante¨
9. Paix de la conscience
10.Honneur
11.Amitie¨
12.Patrie
13.Argent

Garcons

1. Sante
2. Ide¨al humain
3. Se¨curite
4. Culture
5. Honneur
6. Religion
7. Veru
8. Patrie
9. Amour
10.Amite¨
11.Bonheur de la fam.
12.Argent
13.Paix dela consc.

Garcons

1. Bonheur de la famille
2. Amitie¨¨
3. Patrie
4. Honneur
5. Amour
6. Culture
7. Paix de la conscience
8. Ide¨al humain
9. Argent
10.Sante¨
11.Religion
12.Se¨curite¨
13.Vertu

<index>

2. Interpre¨tation des enqueÔtes

Mises en regard l’une a° coÔte¨ de l’autre, les deux e¨chelles de valeurs des garcons et des filles au Viet Nam apparaissent de°s le premier coup d’oeil, fondamentalement diffe¨rente: la hie¨rarchie des valeurs n’est pas la meÔme ou, plus exactement, les valeurs ne sont pas ve¨cues de la meÔme manie°re. Mais si l’on examine a° fond et attentivement, on trouve des de¨tails de ressemblance bien curieux: Certaines valeurs (Amitie¨ - Argent) se trouvent a° peu pre°s a° la meÔme place, vers la fin des deux colonnes; d’autres forment des "blocs" qui se trouvent eÔtre les meÔmes pour garcons et filles, bien qu’a° des places diffe¨rentes sur les e¨chelles respectives:

Filles

5. Ide¨al humain
6. Se¨curite¨
7. Culture
3. Vertu
4. Religion

Garcons

2. Ide¨al humain
3. Se¨curite¨
4. Culture
6. Religion
7. Vertu

D’une manie°re ge¨ne¨rale, pour pouvoir classer ces 13 valeurs, les jeunes ont du re¨fle¨chir et peser leurs re¨ponses. Ces "regroupements en blocs semblables" manifesteraient a° notre avis, soit une meÔme de¨marche de pense¨e, soit un meÔme sche°me de valeurs, fruits indubitables des meÔmes environnements e¨ducatifs et socio-culturels.

Notons ensuite, a° cet aÔge (Secondaire 2nd cycle), les jeunes, plonge¨s de plein pieds dans l’ide¨alisme, e¨clairent leur hie¨rarchie des valeurs d’apre°s leur vision ide¨ale des eÔtres et des choses et se re¨fe°rent d’emble¨e aux types d’homme ou de femme ide¨als dans lesquels ils se projettent et projettent aussi leur vision de l’avenir. Ces types d’homme ou de femme, produits des litte¨ratures dont ils se nourrissent depuis leur prime enfance, ou ces mode°les que leur propose le milieu socio-culturel dans lequel ils vivent, quels sont-ils? Comment se retrouvent-ils a° travers ces hie¨rarchies de valeurs?

<index>

Chez les Garcons:

Dans la premie°re partie de notre pre¨sent travail, nous avons parle¨ du "QuaÔn T÷ű", type d’homme parfait selon la morale confuce¨enne. Le terme "quaÔn t÷ű" tend a° de¨finir en fin de compte simplement la perfection morale et s’emploie indiffe¨remment pour l’homme comme pour la femme. On dit par exemple: "Nam nhi quaÔn t÷ű" (l’homme quaÔn t÷ű); "n÷§ nhi quaÔn t÷ű" (la femme quaÔn t÷ű).

Cependant, dans la pratique, pour parler de l’homme ide¨al, on pre¨fe°re lui donner le nom de "Tr÷˘´ng phu" (tr÷˘´ng: mesure antique, e¨quivalente a° 10m environ; phu: l’homme ayant atteint sa majorite¨ - maturite¨ - c’est-a°-dire a° partir 20 ans, dans la socie¨te¨ vietnamienne antique). Le mot "tr÷˘´ng" prend ici un sens symbolique, et exprime l’ide¨e de "grandeur", de "force" qui surpasse le commun des mortels (e¨videmment pas dans le domaine physique ou musculaire ou de la hauteur de la taille). Ce mot "tr÷˘´ng" peut encore couvrir le sens de "anh hu°ng" (homme courageux, he¨ros).

Tandis qu’a° la femme ide¨ale on pre¨fe°re attribuer le qualificatif de "Đ÷¨c Ha´nh" (Đ÷¨c: vertu, comprise comme une force, une e¨nergie, un dynamisme inte¨rieur, a° l’origine de tout acte vertueux; Ha´nh: vertu aussi, mais conside¨re¨e dans son "rayonnement" a° travers les comportements exte¨rieurs.)
Pour faciliter la compre¨hension de notre interpre¨tation des enqueÔtes, nous allons, a° travers la litte¨rature et les traditions nationales, chercher a° brosser le portrait du "Tr÷˘´ng Phu" ou d’un "Anh Hu°ng" propose¨es aux jeunes Vietnamiens.

A l’instar des grands Maitres de la philosophie confuce¨enne, NguyeŃn CoÔng Tr÷¨, dans deux poemes bien connus des e¨le°ves du Secondaire 2nd Cycle, a ainsi e¨bauche¨ les grands traits du "Tr÷˘´ng Phu":
Pour la commodite¨ de la lecture, nous mettons la traduction (approximative) en regard du texte. Ensuite puisque le texte original e¨tait e¨crit en sino-vietnamien, force nous est oblige¨e d’utiliser des pe¨riphrases en francais pour rester fide°le a° la pense¨e de l’auteur:

Phańn s÷´ la°m Trai

1. Vu§ tru´ ch÷¨c phańn nońi
2. Đaßng Tr÷˘´ng Phu mońt tu¨i kinh luaÔn

3. Th÷˘´ng v˛ ˝÷¨c ha´ v˛ daÔn
4. SaÚp hai ch÷§ "QuaÔn, ThaÓn"

5. Co¨ "Trung, Hießu" neÔn ˝÷¨ng trong tr˘°i ˝aßt

6. KhoÔng coÔng danh th˘°i na¨t v˘¨i coű caÔy


7. ChÝ tang boÓng hoÓ thŠ da´ na°o khuaÔy
8. Phaűi haŕm h˘ű ra ta°i kinh teß
9. Ng÷˘°i theß traű n˘´ ˝˘°i la° theß

10. Cuűa ˝oÓng laÓn thieÔn ha´ tieÔu chung

11. RieÔng nhau hai ch÷§ "anh hu°ng"

Dans les vers suivants, l’auteur explicite ce qu’il faut faire pour me¨riter le nom de "anh hu°ng" (he¨ros):

12. Maßy keű bießt anh hu°ng khi v˛ ngoń?
13. Cu§ng co¨ lu¨c m÷a doÓn so¨ng voŃ
14. Quyeßt ra tay buoÓm la¨i v˘¨i cuoÓng phong

15. ChÝ nh÷§ng toan xeű nu¨i laßp soÔng

16. La°m neÔn tießng phi th÷˘°ng ˝aÔu ˝aßy toű

17. Đ÷˘°ng may rońng theÔnh theÔnh c÷ű boń

18. N˘´ tang boÓng trang traŕng voŃ tay reo

19. Thaűnh th˘i, th˘ tu¨i, r÷˘´u baÓu

NguyeŃn CoÔng Tr÷¨

Nguyen Cong Tru - Extrait du programmede Litte¨rature du Secondaire 2nd cycle

L’ "eÔtre" et la "fonction" d’un homme

1. Tout ce qui est a° faire dans l’universre vient a° la fonction de l’homme
2. Pour cela, le Truong Phu doit avoir la science et les talents ne¨cessaires
3. Sa mission? Promouvoir premie°rement l’ave°nement de la vertu, et ensuite la prospe¨rite¨ du peuple
4. Qu’il charge sur ses e¨paules tout ce qu’impliquent comme devoirs envers la Patrie et la Famille.
5. C’est parce qu’il est "fide°le" a° la Patrie et "pieux envers ses parents" que l’homme me¨rite sa place dans l’univers
6. S’il ne re¨alise aucune oeuvre ou ne laisse aucun renom, il disparaitra dans l’univers comme disparaissent les herbes et les plantes sans valeur
7. Que sa volonte¨ et ses de¨sirs d’exploits ne le laissent jamais en repos
8. et qu’il de¨ploie avec ardeur tous ses talents d’e¨conomiste
9. C’est de cette facon que l’homme en ce monde acquitte sa dette envers le monde.
10. Car en somme tous les biens mate¨riels appartiennent a° tout le monde
11. Seul appartient en propre a° chacun le  renom de "he¨ros" qu’il aura me¨rite¨ par sa vie

12. Combien de gens discernent un he¨ros quand quelqu’un n’a pas encore rencontre d’occasion pour prouver sa valeur?
13. Mais quand viennent les tempeÔtes et les vagues furieuses
14. Il de¨ploera alors toutes ses capacite¨s pour guider les voiles et tenir le gouvernail contre l’ouragan
15. Ses aspirations, c’est de pouvoir aplanir les montagnes et combler les fleuves
16. Re¨aliser des explois extraordinaires que partout on doit reconnaitre
17. D’un pas assure¨, il marche sur "la route des nuages" (succe°s et promotion) largement ouverte devant lui
18. Une fois les dettes d’exploits acquitte¨s il chantera sa joie en battant les mains
19. le coeur le¨ger, il se livrera alors a° ses plaisirs favoris: une poche pleine de po¨esie, et une gourde remplie de vin.

Nous constatons que le "Tr÷˘´ng Phu" (he¨ros) reprend en somme toutes les attributions du "QuaÔn T÷ű" (honneÔte homme, type d’homme parfait).
Ayant une vocation e¨largie jusqu’au cadre de l’univers (vers 1), et s’e¨tant impose¨ comme but de ses activite¨s l’ave°nement de la vertu et de la prospe¨rite¨ du peuple (vers 3), il doit donc se perfectionner sans cesse en sciences, en talents et en vertus (vers 2). Il ne se perfectionne pas pour lui-meÔme, mais en vue de la Patrie et de la Famille (vers 4). Patrie et Famille deviennent la raison et la valeur de son existence et il ne peut se croire digne de sa place dans l’univers qu’en devenant "fils pieux" (hießu) et "citoyen fide°le" (trung) (vers 5). Cette pie¨te¨ et cette fide¨lite¨, il doit en te¨moigner a° travers les oeuvres (vers 6) politiques et e¨conomiques  (vers 8 et 15), et militaires (vers 13-14) oeuvres qui doivent laisser a° leur auteur un renom sans e¨quivoque (vers 6-11-16). Et c’est apre°s savoir acquitte¨ ces dettes qu’il peut vraiment penser a° lui, a° ses agre¨ments personnels (vers 17-18-19).

<index>

A. EnqueÔtes faites au Viet Nam

Sans vouloir forcer notre interpre¨tation, cette conception du Tr÷˘´ng Phu, nous la retrouvons a° travers l’e¨chelle des valeurs des garcons :

1. Sante¨
2. Ide¨al humain
3. Se¨curite¨
4. Culture
5. Honneur
6. Religion
7. Vertu
8. Patrie
9. Amour
10. Amitie¨
11. Bonheur de la famille
12. Argent
13. Paix de la conscience

Les 5 premie°res valeurs (Sante¨ - Ide¨al humain - Se¨curite¨ - Honneur -  Culture) constitueraient l’image, les conditions pre¨alables du Tr÷˘´ng Phu, dans sa perfection et sa mission: Il doit eÔtre un homme "fort", arme¨ d’un "ide¨al humain" e¨leve¨, en vue travailler a° la "se¨curite¨" (paix, prospe¨rite¨, bonheur) du pays et de la famille. Pour ce faire, il doit eÔtre un homme e¨pris de "culture" et soucieux de son "honneur" (renom, vertu).

Nous voyons en fin de compte se dessiner ici les grandes lignes du "Tu ThaÔn" (perfectionnement de soi), e¨tape premie°re pour parvenir a° la stature adulte du "type d’homme parfait" dont nous avons parle¨ dans la premie°re partie de notre travail de recherche.
Notons cependant que le "Tr÷˘´ng Phu" ne se perfectionne pas pour lui-meÔme, mais en vue de sa petite famille d’abord (teÓ gia), puis une famille plus grande (tr˛ quoßc) qu’est sa Patrie, enfin, en vue de la famille universelle (býnh thieÔn ha´).

Ainsi, les 3 valeurs suivantes Religion - Vertu - Patrie repre¨senteraient donc les valeurs supe¨rieures que le Tr÷˘´ng Phu doit servir at auxquelles il consacrera sa vie. Si nous tenons compte du fait que les 2/3 des garcons teste¨s ici sont des non-chre¨tiens, le terme "religion" signifie pour eux tout simplement "Culte des AnceÔtres", forme supreÔme de la Pie¨te¨ filiale (Đa´o Hießu). Nous retrouvons une fois de plus le pralle¨lisme entre Famille et Patrie, et la place primordiale des deux cate¨gories "Hießu" et "Trung" inse¨parablement lie¨es.

Les 3 valeurs qui suivent Amour - Amitie¨ - Bonheur de la famille repre¨senteraient les "agre¨ments personnels" re¨compenses naturelles du Tr÷˘´ng Phu accomplissant ou ayant accompli ses "dettes" envers la Famille et la Patrie (cf. Poeme de Nguyen cong Tru, vers 18-19)
L’Argent vient apre°s tout cela bien sur, car il ne peut pas constituer une motivation valable pour les ambitions du Tr÷˘´ng Phu.
Enfin, la Paix de la conscience se tient a° la dernie°re marche de l’e¨chelle, car pour les non-chre¨tiens, elle n’est pas une valeur en soi: d’abord parce qu’ils ne connaissent pas les miasmes de culpabilite¨ propres a° leurs camarades catholiques, du a° l’obsession du pe¨che¨, laquelle est nourrie et entretenue a° son tour par une cate¨che°se traditionnelle a° base moralisante et des examens de conscience exige¨s par des devoirs religieux. D’ailleur quand on acquitte toutes ses "dettes", la paix de la conscience vient toute seule.

<index>

Chez les filles

Si l’on attribue aux garcons l’univers comme champ d’action, l’univers de la femme vietnamienne est dans le cadre de la famille.
L’homme ide¨al se perfectionne pour devenir un fils pieux (hießu) et un citoyen fide°le (trung), la femme ide¨ale se perfectionne pour devenir une e¨pouse tre°s douce (v˘´ hieÓn), ou une me°re tre°s douce (me´ hieÓn) ou en un mot une "femme vertueuse" (ga¨i ˝÷¨c ha´nh):
Trai thý "trung, hießu" la°m ˝aÓu - Ga¨i thý "˝÷¨c ha´nh" la° caÔu s÷űa mýnh" - Lu´c VaÔn TieÔn (L’homme doit mettre la "pie¨te¨ filiale" et la "fide¨lite¨" au-dessus de tout et la femme doit prendre la "vertu" comme but de son perfectionnement personnel).

Le poeme "Gia Huaßn Ca" (De l’e¨ducation familiale) dit explicitement ceci aux garcons et filles non encore e¨tablis:
"...Ga¨i thý gi÷§ vieńc trong nha°
Khi va°o canh c÷űi, khi ra theÔu thu°a
Trai thý ˝o´c sa¨ch ngaÔm th˘
Du°i ma°i kinh s÷ű ˝eň ch˘° k˛p khoa"
(La jeune fille doit apprendre a° tenir une maison, filer, tisser, brodet.
Le jeune homme doit se consacrer a° la lectures des livres et poemes et poursuivre avec patience ses e¨tudes, en vue des examens et des fonctions a° venir.)

Ainsi, l’existence d’une femme vietnamienne est entie°rement lie¨e a° son foyer. Une fois qu’elle aura quitte¨ la maison paternelle pour suivre son mari, la femme est conside¨re¨e fixe¨e dans son sort:
"Con ga¨i co¨ hai beßn soÔng
Beßn ˝u´c thý ch˛u, beßn trong thý nh˘°" - Ca dao
(La femme n’a qu’une de ces deux berges possibles: limpide ou boueuse. Mais une fois amarre¨e, c’en est fini: si sa berge est boueuse, qu’elle en supporte les conse¨quences; si elle est limpide, ce sera tant mieux pour elle) - Chanson populaire-

Ou encore:
"ThaÔn em nh÷ ha´t m÷a ra°o
Ha´t r˘i xuoßng gießng, ha´t va°o v÷˘°n hoa" - Ca dao
(Mon sort est comparable a° des gouttes de pluie: il y en a qui tombent dans les puits, d’autres dans les jardins fleuris) - Chanson populaire -

"Traŕm naŕm traŕm tuoňi
May ruűi mońt choÓng" - Tu´c ng÷§
(Toute sa vie, a° supposer qu’elle vive cent ans, chanceuse ou malchanceuse, une femme ne sert qu’un mari) - Proverbe -

C’est pourquoi l’aspiration profonde d’une femme, c’est de trouver un mari qui l’aime et avec qui elle puisse s’entendre:
"Thuańn v˘´ thuańn choÓng
Ta¨t bieňn ˝oÔng cu§ng ca´n" - Tu´c ng÷§
(Que mari et femme s’entendent, alors meÔme qu’ils projettent d’e¨puiser l’eau des oce¨ans, ils y parviendront) - Proverbe -

Qu’importe donc la richesse ou la pauvrete¨, seul l’amour compte:
"ChoÓng em a¨o ra¨ch em th÷˘ng
"ChoÓng ng÷˘°i a¨o gaßm soÔng h÷˘ng maŰc ng÷˘°i" - Ca dao
(Il a des habits de¨chire¨s, mais parce qu’il est mon mari, je l’aime. Que ton mari porte des veÔtements en brocard parfume¨, cela te regarde, cela ne m’inte¨resse pas") - Chanson populaire -

Apre°s ce survol rapide sur la place de la femme dans la litte¨rature vietnamienne, nous comprenons alors sans peine l’e¨chelle des valeurs dresse¨es par les filles concerne¨es dans notre enqueÔte:
1. Bonheur de la famille
2. Amour
3. Vertu
4. Religion
5. Ide¨al humain
6. Se¨curite¨
7. Culture
8. Sante¨
9. Paix de la conscience
10. Honneur
11. Amitie¨
12. Patrie
13. Argent

Le bonheur familial tient la premie°re place, parce que de la famille de¨pend toute l’existence d’une femme. Mais le bonheur familial n’est possible que s’il y a l’amour. A leur tour, bonheur familial et amour ne peuvent se conserver que s’ils sont baÔtis sur des bases solides de la vertu et de la religion dont la pratique constante exige un ide¨al humain e¨leve¨. Voila° en cinq mots, l’univers d’une femme ide¨ale et les conditions ne¨cessaires pour re¨ussir sa vie.
Les 3 valeurs suivantes: Se¨curite¨ - Culture - Sante¨ repre¨senteraient les trois e¨le¨ments constitutifs du bonheur familial auquel la femme consacre son existence.
Une fois ces biens acquis, dans la paix de la conscience, son honneur ayant e¨te¨ sauvegarde¨, son renom de femme vertueuse reconnu, elle pourra alors jouir de la conside¨ration et de l’amitie¨ de tous ceux qui la connaissent.

Enfin, le mot "Patrie" dans la mentalite¨ des femmes vietnamiennes a une re¨sonnance politique, domaine qui ne les inte¨resse pratiquement pas. C’est l’affaire des hommes.

L’argent vient en dernier lieu, car le bonheur que la femme vietnamienne recherche ne se fonde pas du tout sur l’argent.
Qu’on nous permette ici une remarque sur l’interpre¨tation des enqueÔtes faites au Viet Nam: il est vrai que les circonstances dans lesquelles ces jeunes interrogent leur conscinece pour nous re¨pondre ne favorisent nullement leur souci de clarte¨ et d’assurance (e¨tat physiologique, psychologique, perturbations politiques...), nous sommes en droit dans certaine mesure de conclure que, vu les re¨sultats obtenus, nous n’avons pas e¨te¨ de¨cus dans notre attente.
Bien que ces enqueÔtes faites au Viet Nam rejoignent notre point de vue personnel, par souci d’objectivite¨ plus grande, et dans le de¨sit d’infirmer notre hypothe°se, nous avons lance¨ un e¨chantillonnage d’enqueÔte aupre°s des e¨tudiants Vietnamiens a° l’e¨tranger, enqueÔtes qui vont servir de contre-e¨preuves aux re¨sultats obtenus ci-dessus.

<index>

B. EnqueÔtes faites a° l’e¨tranger:

Deux observations s’imposent:
a)- Tous les garcons qui ont re¨pondu a° nos enqueÔtes ont tous de 20 a° 25 ans, donc de¨ja° assez "murs" (alors que l’aÔge moyen des enqueÔte¨s au Viet Nam est de 18 ans). De plus les 2/3 des e¨tudiants en questions sont catholiques, alors que la proportion de catholiques parmi les enqueÔte¨s au Viet Nam ne de¨passe pas 1/3.
b)- Le questionnaire envoye¨ aux e¨tudiants vietnamiens a° l’e¨tranger est re¨dige¨ en francais, alors que le meÔme texte est re¨dige¨ en vietnamien pour les e¨tudiants re¨sidant au pays.

Cette particularite¨ provient de ce que cette question sur l’e¨chelle des valeurs n’est qu’une des 10 questions formant une enqueÔte sur les conditions psycho-sociologiques des e¨tudiants vietnamiens vivant a° l’e¨tranger.

Garcons

EnqueÔtes faites au Viet Nam

1. Sante¨
2. Ide¨al humain
3. Se¨curite¨
4. Culture
5. Honneur
6. Religion
7. Vertu
8. Patrie
9. Amour
10. Amitie¨
11. Bonheur de la famille
12. Argent
13. Paix de laconsciense

EnqueÔtes faites a° l’e¨tranger

1. Bonheur de la famille
2. Amitie¨
3. Patrie
4. Honneur
5. Amour
6. Culture
7. Paix de la conscience
8. Ide¨al humain
9. Argent
10. Sante¨
11. Religion
12. Se¨curite¨
13. Vertu

Nous avouons que de°s le de¨pouillement et le codage des enqueÔtes, notre premie°re impression fut un certain e¨tonnement, car nous avons constate¨ que l’e¨chelle des valeurs n’est plus la meÔme que celle des garcons un peu plus jeunes au pays.
Cependant, apre°s re¨flexion et confrontation avec nos colle°gues vietnamiens, nous nous sommes apercu qu’au fond, l’essentiel demeure le meÔme:

Les deux cate¨gories "Famille-Patrie" - dont "pie¨te¨ filiale" (hießu) et "fide¨lite¨ patriotique" (trung) - constituent ici encore le noyau a° partir duquel s’organisent et prennent place toutes les autre valeurs.
Mieux encore, ici la Famille et la Patrie occuppent justement la place qui devrait leur eÔtre attribue¨e par la mentalite¨ et les traditions morales nationales. "Trai thý trung hießu la°m ˝aÓu" (= premie°re place)

Ceci e¨tant dit, examinons l’e¨chelle des valeurs dresse¨e par les e¨tudiants vietnamiens a° l’e¨tranger:
Les 8 premie°res valeurs sont toutes, des valeurs supe¨rieurs, de l’ordre naturel ou humain. Elles forment bloc autour de "Famille" et "Patrie", garantissant ainsi la solidarite¨ et le succe°s comme dans les deux autres e¨chelles iterpre¨te¨es plus haut.
Remarquons toutefois que l’Argent monte et forme bloc avec la Sante¨: tout se passe comme si, a° cet aÔge, plus re¨aliste, parce que de¨ja° au contact avec la vie, l’Argent et la Sante¨ auraient retrouve¨ leur vraie place, aussitoÔt apre°s les autres valeurs humaines supe¨rieures. Concre°tement, ce sont bien la° deux e¨le¨ments   mate¨riels qui constituent le bonheur de la famille et la prospe¨rite¨ du pays.

La Religion - La Se¨curite¨ - La Vertu prennent ici les dernie°res places.

Nous nous sommes demande¨ si cela ne provient pas de ce que les 2/3 des enqueÔte¨s ici sont catholiques. "Religion" pour ces jeunes forme¨s a° l’ancienne conception cate¨che¨tique, se re¨ve°le nettement e¨quivalente a° "moralisme", et "vertu" est prise dans des acceptions du sens d’antan, c’est-a°-dire la "sainte vertu" avec tous ses tabous et ses environnements casuistique¨s. D’ailleurs dans certaines re¨ponses, quelques jeunes ont mis un point d’interrogation (?) a° coÔte¨ du mot "vertu" comme pour demander des pre¨cisions: est-ce dans le sens vietnamien de "˝÷¨c ha´nh" ou dans le sens de vertu a° la francaise?

Un autre indice de l’influence catholique dans cette e¨chelle de valeurs: la "paix de la conscience" monte de 7 places, par rapport a° l’e¨chelle des valeurs des garcons au Viet Nam.

Enfin, le mot "se¨curite¨" en francais n’e¨veille pas chez les e¨tudiants vienamiens les meÔmes re¨miniscences que dans la langue maternelle. En francais, ce mot e¨voque l’ide¨e de "stabilite¨", "assurance" (se¨curite¨ sociale), "sans histoire". Alors qu’en vietnamien, ce meÔme mot porte avec lui l’ide¨e de "paix" et de "pacification", avec tout ce que cela implique comme exigences d’action et d’exploits. Tout porte a° croire (ici encore, un point d’interrogation sur une des re¨ponses a° coÔte¨ de ce mot "se¨curite¨") que nos e¨tudiants vietnamiens a° l’e¨tranger ont compris ce mot dans les acceptions du sens francais, d’ou° s’explique sa place sur l’e¨chelle.

<index>

3) Conclusion:

Que conclure de ce sondage et des re¨sultats que nous venons d’interpre¨ter?

Tout se passe comme si les transformations sociales, les interfe¨rences e¨trange°res, les apports de la technique que nous offrent les rencontres prolonge¨es avec l’Occident, n’affectent que la pe¨riphe¨rie de l’aÔme vietnamienne, si l’on peut dire ainsi.

Les vraies valeurs traditionnelles, nationales restent les meÔmes, car elles sont englobe¨es dans une vision du monde, dans une "philosophie" spe¨cifiquement vietnamienne. Pour les Vietnamiens, "eÔtre" bien sur, c’est aussi "eÔtre dans le monde". Mais existentiellement et d’une facon re¨aliste, "eÔtre dans le monde", pour nous, c’est concre°tement "eÔtre dans une famille, dans un pays bien de¨termine¨s" d’abord. D’ailleurs, c’est cette conception de l’existence qui nous permet de nous de¨finir d’une facon originale par rapport a° l’univers. Rappelons-nous encore une fois, ces deux citations, pour appuyer notre affirmation:
"Trai thý trung hießu la°m ˝aÓu" - "Co¨ trung co¨ hießu neÔn ˝÷¨ng trong tr˘°i ˝aßt"
(L’homme doit mettre la "fide¨lite¨ patriotique" et la "pie¨te¨ filiale" au-dessus de tout. - C’est parce qu’il est "trung" et "hießu" que l’homme me¨rite sa place dans l’univers.).

Chaque peuple, chaque groupe ethnique a un ge¨nie, cette manie°re originale d’aborder la re¨alite¨ qui lui est propre. C’est de cette facon que de tout temps, les Vietnamiens abordent l’univers et la vie et expriment leur "Je" et leur "Tu". Ils ne changeront pas, au moins, a° ce niveau-la°: au niveau de leur eÔtre original.

"Quel que soient les de¨veloppements prochains du machinisme en pays Vietnamien, quelle que soit l’e¨volution politique suivie, le solide bon sens de cette race essentiellement agricole ne semble pas preÔt d’eÔtre e¨branle¨. C’est en me¨juger que de tirer de haÔtives conclusions devant des transitions et des remous...

Il y a des sie°cles que le Viet Nam subit le pire: occupations chinoises , exactions fe¨odales, exploitation coloniale. Les hommes de ce pays, loin d’eÔtre re¨duits, demeurent, perse¨ve°rent, et s’affirment"

<index>